Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 22:29

régionales 2010Europe Ecologie est "légitime" à revendiquer "la première place" sur une liste commune avec le Parti socialiste en Languedoc-Roussillon au premier tour des régionales de mars, estime le député socialiste de Paris Christophe Caresche un entretien au "Parisien"/"Aujourd'hui en France" daté de vendredi.

"Les Verts ont acquis une légitimité contre (le président sortant Georges) Frêche qui les autorise à revendiquer la première place", affirme-t-il, réagissant à l'échec mercredi des négociations entre la maire PS de Montpellier Hélène Mandroux, investie par son parti pour contrer Georges Frêche, et la tête de liste Europe Ecologie Jean-Louis Roumégas.

M. Caresche qualifie cette situation de blocage de "catastrophique" et avertit que la désunion de la gauche offre à George Frêche "la quasi certitude de la victoire". Selon lui, un accord avec les écologistes est "vital" pour battre le président de région exclu du PS en 2007. "Il n'y a (...) pas vraiment le choix".

A défaut d'accord avec Europe Ecologie, la maire de Montpellier devra trouver 77 candidats dans les cinq départements de sa région, d'ici le 15 février, date limite de dépôt des listes pour le premier tour le 14 mars.

"Cette affaire crispe nos relations avec Europe Ecologie", déplore le député, inquiet quant aux éventuels accords que le PS aurait à passer avec Europe Ecologie entre les deux tours de scrutin. "Des candidats socialistes envisagent dans certaines régions de ne pas conclure d'accord au second tour", affirme-t-il, ajoutant que les contentieux locaux se multiplient.

Europe Ecologie avait proposé à Mme Mandroux la tête de liste départementale dans l'Hérault, mais refusait de lui céder la place de N°1 dans la région, réclamée par le PS.

Georges Frêche, qui se présente à la tête d'une liste étiquetée "divers gauche", bénéficie d'un large soutien de la part de toutes les fédérations socialistes locales du Languedoc-Roussillon mais les socialistes inscrits sur sa liste sont menacés d'exclusion du parti. Pour Christophe Caresche, c'est logique: "le PS a décidé de reconstruire une alternative de gauche dans cette région. Il n'y a donc pas vraiment le choix". AP

Paru sur le site du nouvelobs.com 

Repost 0
Published by Christophe Caresche - dans ELECTIONS
commenter cet article
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 13:51

Quel est ce nom étrange ? Tout simplement la loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure qui vise, pour l'essentiel, à fixer les objectifs de l'Etat et les moyens correspondants en matière de sécurité intérieure et qui est discutée au parlement depuis le 9 février. "2" parce qu’on a déjà eu une première loi sur la sécurité intérieure en 2003 lorsque Nicolas Sarkozy était ministre de l'intérieur.

Il s'agit donc d'une actualisation de cette loi, la doctrine du gouvernement n'ayant pas changé. En réalité le débat sur l'emploi des forces de l'ordre est assez virtuel car les engagements du gouvernement n'ont aucun caractère normatif et cette loi n'est pas contraignante. Il s'agit surtout pour le gouvernement de réaffirmer sa volonté de fermeté dans ce domaine à la veille des élections régionales. C'est une opération de communication et de gesticulation. En revanche, sur le plan pénal, ce texte est un vrai fourre-tout qui comporte toute une série de dispositions visant à alourdir les peines et à rendre plus expéditif le processus de répression dans des domaines très divers : cyber criminalité, violences dans les stades, immigration illégale... Cette situation a d'ailleurs donné lieu à une protestation de la ministre de la justice qui considère, à juste titre, que ces dispositions relèvent de son champ de compétences et non pas de celui du ministre de l'intérieur !

Il est à craindre que des amendements du groupe UMP viennent encore alourdir ce texte qui se traduira donc par un nouveau durcissement de la pénalisation.

Le groupe PS s'est mis en disposition d'intervenir fortement sur ce texte dont l'examen en séance commence la semaine prochaine. Pour ce qui me concerne j'ai l'intention de me saisir de ce texte pour poser le problème de la garde à vue en déposant deux amendements l'un pour prévoir l'assistance d'un avocat lors de l'audition de la personne placée en garde à vue, l'autre pour limiter le recours à la garde à vue à des faits d'une certaine gravité ou à des situations mettant en cause la sécurité d'autrui ou de soi-même. Il est en effet impératif et urgent de modifier la législation française en la matière car le nombre de gardes à vue a augmenté de 67% depuis 2002 (il s'est élevé à environ 800 000 en 2009). Il comprend aussi les cas d'infractions routières. Ensuite, la Cour européenne des droits de l'Homme a récemment rappelé la nécessité de garantir à toute personne placée en garde à vue le droit d'être assistée à toutes ses auditions dès le début de la mesure de privation de liberté.

Mes amendements

amendement avocat garde à vue amendement avocat garde à vue amendements garde à vue amendements garde à vue

Repost 0
Published by Christophe Caresche - dans A l'ASSEMBLEE
commenter cet article
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 12:19

La proposition de Daniel Cohn-Bendit d'un accord entre Europe écologie et le Parti socialiste dans la perspective des élections présidentielles et législatives de 2012 est une bonne nouvelle pour la gauche et ses électeurs. Cet accord peut, en effet, donner à la gauche la dynamique indispensable pour gagner en 2012 sur un projet social-écologique.

 Pour la première fois, un responsable écologiste propose la constitution d'une coalition de gouvernement qui engloberait à la fois les élections présidentielle et législatives. Cette approche est la seule qui peut permettre à la gauche de relever le défis de la présidentialisation des institutions.

La main tendue de Daniel Cohn-Bendit, à travers une proposition ambitieuse mais réaliste, doit être saisie par le Parti socialiste. Dès l'issue des élections régionales, le Parti socialiste devra intégrer cette perspective dans la construction de son projet et de sa stratégie pour 2012.

Les déclarations de Daniel Cohn-Bendit sur France Info. 

Repost 0
Published by Christophe Caresche - dans ELECTIONS
commenter cet article
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 13:48

passeport1C’est une question importante qui mobilise le groupe PS de l’assemblée nationale. Comme un bon nombre de mes collègues, je suis saisi par des citoyens qui souhaitent renouveler leurs papiers d’identité et qui sont alors confrontés à une administration tatillonne. Celle-ci met en doute leur nationalité française, laquelle leur est parfois reconnue depuis plusieurs dizaines d’années. Ces citoyens sont choqués légitimement du nombre de pièces à fournir pour renouveler une carte d’identité ou un passeport. En effet, si le demandeur n’est pas né en France, ou s’il est né en France de parents nés à l’étranger, il doit produire un certificat de nationalité française, dont l’obtention peut exiger plusieurs mois.

Cette longue attente entraîne de fâcheuses conséquences sur le plan familiale ou professionnel. Dernièrement à ma permanence parlementaire dans le 18e arrondissement, un citoyen m’a indiqué de pas pouvoir se rendre à l’étranger pour son travail car son passeport était en cours de renouvellement depuis plusieurs mois. Un autre m’a alerté sur le fait que le nouveau pôle de la nationalité française, seul habilité à délivrer un "certificat de nationalité", lui a annoncé que son passeport français actuel, son acte de naissance français, l'acte de naissance de sa mère ne constituaient pas de preuves.

La différence de traitement entre Français selon leur lieu de naissance ou leur origine est discriminatoire.

Entre un débat sur l’identité nationale qui entraîne les effets les plus redoutables et les circulaires – dont certaines ne sont pas publiées – qui remettent brutalement en cause l’identité française de dizaines de milliers de nos concitoyens, ce gouvernement a une fois de plus démontré sa faculté de nuire en produisant cette nouvelle circulaire qui humilie certains concitoyens qui ne sont pas traités de la même manière selon qu’ils sont nés en France ou à l’étranger.

Interpelé par la gauche, le ministre de l’intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales, M Hortefeux a indiqué avoir conscience des difficultés pratiques qui se posent dans certains services départementaux.

Il nous a en effet précisé – cf sa réponse à notre question d’actualité posé par mon collègue Serge Blisko le 13 janvier dernier – avoir adressé, le 2 décembre, aux préfets des instructions écrites afin de clarifier la situation.

Visiblement, les préfets ne les ont pas encoure reçues ce lundi 25 janvier 2010. Je suis de nouveau saisi par un de nos concitoyens toujours confronté à cette administration tatillonne ! Où sont les actes ! Pour ma part, je m’empresse d’interpeller le préfet de police et le ministre de tutelle.

 

 

Repost 0
Published by Christophe Caresche - dans A l'ASSEMBLEE
commenter cet article
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 12:10

Le groupe des élus socialistes et apparentés a dénoncé la double rémunération du nouveau patron d'EDF, Henri Proglio, à l'assemblée nationale lors de la séance de question au gouvernement mercredi 20 janvier 2010. Depuis face à cette polémique, M Proglio a annoncé qu'il renonçait à sa rémunération en tant que président du conseil d'administration de Veolia Environnement.
Avec ce cumul, le patron d’EDF aurait encaissé tous les ans 1,6 million d’euros venus d’EDF et 450 000 euros de Véolia ; soit, au total, deux mille fois le SMIC - un SMIC que le gouvernement a augmenté de 5 petits euros par mois.

Il s'agit d'un premier recul certes mais, ainsi que je l'ai dit au journal de 20h sur France 2 jeudi dernier, cette décision sage qui s'imposait n'est pas suffisante. Il faut aussi se demander s'il a renoncé au cumul des fonctions. Manifestement pas et cela pose problème !


Il faut rappeler que ce gouvernement a refusé une proposition de loi qui prévoyait le plafonnement des rémunérations dans une même entreprise à vingt-cinq fois le salaire le plus bas. On sait pourquoi désormais !

Retrouvez la question du groupe PS posé par M Christian Eckert
La proposition de loi des socialistes visant à plafonner les revenus des hauts dirigeants d'entreprises

 

Repost 0
Published by Christophe Caresche - dans A l'ASSEMBLEE
commenter cet article
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 15:51

En décembre dernier, je suis interpellé par le gérant et des habitants clients du bar Le Nouveau Carillon, situé au 1 rue des Abbesses au sujet d'un contrôle de police qui s'est déroulé dans des conditions très contestables.          
 
L'intervention des agents de police qui s'est déroulée le 10 novembre dernier est dénoncé par le gérant et de nombreux témoins qui n'ont pas compris le comportements des agents de police. Ces derniers ont contrôlé les deux employés au moment où elles rentraient chez elles après la fermeture du café (1h45) et in fine, dressent trois procès verbaux que le gérant conteste.


En effet, si le gérant risque une fermeture administrative en raison d'une fermeture jugée trop tardive par rapport à l'heure  réglementaire, bien que l'établissement fut fermé à 1H45, il reste très choqué, tout comme les témoins présents, du comportement des agents envers ses deux employées d'origine étrangère car selon lui, elles ont fait l'objet de propos humiliants et à caractères racistes.  


J'ai bien évidemment interpellé le préfet de Police de Paris à ce sujet lui demandant de diligenter une enquête sur ce contrôle et d'autre part de prendre en compte les multiples témoignages pour décider de l'opportunité d'une fermeture administrative. La CNDS (commission nationale de déontologie de la sécurité, autorité administrative indépendante créée en 2000, chargée de veiller au respect de la déontologie des personnes exerçant, sur le territoire de la République, des activités de sécurité ) a également été saisie par ma collègue parlementaire, Annick Lepetit, députée de la 17e circonscription.

 



Retrouver un article à ce sujet sur dixhuitinfo.com
Repost 0
Published by Christophe Caresche - dans DANS LE 18
commenter cet article
14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 10:59

Parlement-Europeen-Strasbourg-2-3La désignation des deux nouveaux eurodéputés français, qui devaient être élus à l’Assemblée mercredi 13 janvier, a été reportée sine die, à la demande du Premier ministre. En effet, il a dû reculer et demander, face au front du refus de tous les groupes parlementaires concernant la méthode de désignation de ces deux nouveaux eurodéputés, le report de la désignation de deux nouveaux eurodéputés français, prévue par le traité de Lisbonne.  Les nouveaux eurodéputés ne devraient donc pas faire leur entrée dans l’hémicycle avant plusieurs mois.

L’exécutif s’est mis dans une seringue ; il aurait dû prévoir le dispositif avant le scrutin européen. Maintenant il ne peut plus revenir en arrière. Il se donne du temps. Mais il ne sait pas vraiment comment il va s’en sortir.

Je l'ai donc interrogé mardi 12 janvier 2010 pour en savoir plus. Mais la réponse du gouvernement n'en dit pas plus ! 

Retrouver ma question d'actualité et la réponse de Pierre Lelouche, secrétaire d’Etat chargé des affaires européennes.

Christophe Caresche : Monsieur le Premier ministre, le traité de Lisbonne prévoyait l’augmentation, pour douze États membres, du nombre de leurs députés européens, afin de tenir compte des évolutions démographiques. Ne sachant pas quand le traité de Lisbonne entrerait en vigueur, le Conseil européen de décembre 2008, qui se tenait sous la présidence française, avait prévu, dans ses conclusions, que cette décision puisse être appliquée après l’élection du Parlement européen de juin 2009. C’est ainsi notamment qu’en Espagne, en Autriche, en Suède, en Bulgarie, en Lettonie ou encore à Malte, des dispositions ont été prises avant l’échéance électorale sur la manière dont seraient élus les députés supplémentaires s’il s’avérait que le traité de Lisbonne entre en vigueur. Pourquoi le Gouvernement français ne s’est-il pas appliqué à lui-même ce qu’il a suggéré et fait adopter sous sa présidence aux autres États membres ?

Concernant le petit nombre d’États qui sont dans la même situation que la France, tous ont choisi de pallier cette carence en retenant comme base juridique les résultats des élections européennes de juin dernier. Le choix du Gouvernement français de revenir à l’époque où le suffrage universel n’existait pas et de nommer les députés européens parmi les parlementaires nationaux constitue non seulement une exception, mais aussi un véritable déni de démocratie. C’est pourquoi notre groupe, avec les autres groupes de l’opposition, ne s’est pas associé à cette manipulation.

La France est aujourd’hui la risée de l’Europe. Le Parlement européen a clairement indiqué qu’il refuserait que des députés français puissent siéger en son sein, fût-ce comme observateurs. Le Gouvernement a donc retiré le vote prévu demain. Mais la question de la désignation de nos représentants reste entière.

Monsieur le Premier ministre, ma question est simple : comment comptez-vous sortir de cette impasse ? (Applaudissements sur les bancs du groupe SRC.)

M. le président. La parole est à M. Pierre Lellouche, secrétaire d'État chargé des affaires européennes.

M. Pierre Lellouche, secrétaire d'État chargé des affaires européennes. Monsieur le député, je vous rappelle tout d’abord que c’est au Président de la République, Nicolas Sarkozy (« Ah ! sur les bancs du groupe SRC) que nous devons les deux sièges supplémentaires obtenus par la France au Parlement européen. Ces sièges, il les a obtenus en juin 2007, c’est-à-dire juste après son élection, lors des négociations finales du traité de Lisbonne. La France aura donc soixante-quatorze députés, au lieu de soixante-douze sous l’empire du traité de Nice.

C’est encore au Président de la République (« Ah ! sur les bancs du groupe SRC) que l’on doit, sous présidence française en 2008, que ces nouveaux députés puissent siéger à Strasbourg avant les prochaines échéances électorales de 2014. Il n’est donc pas acceptable, mesdames et messieurs de l’opposition, de faire une mauvaise polémique sur une question de procédure alors que nous venons d’obtenir un véritable succès de fond pour la France.

J’en viens à ces questions de procédure. La solution annoncée par le Premier ministre le 30 novembre dernier prévoit l’élection par tous vos collègues de deux députés observateurs jusqu’en 2014, l’un de l’opposition, l’autre de la majorité. Cette solution, expressément prévue par le Conseil européen de juin 2009, est la seule conforme à la Constitution.

Il ne vous a pas échappé, monsieur le député, que le Parlement européen était actuellement en session sur la ratification de la Commission, et que la Conférence intergouvernementale réclamée par l’Espagne ne pourrait pas se tenir avant le mois de mars. C’est pourquoi il a été nécessaire de reporter cette désignation, ce qui, je crois, vous rend service, car vous n’aurez pas à choisir entre vous-mêmes et vos amis Verts à l’approche des élections régionales…

En résumé : nous avons deux députés supplémentaires, dont un de l’opposition. C’est un succès pour notre pays. (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP.)

 

 

Repost 0
Published by Christophe Caresche - dans A l'ASSEMBLEE
commenter cet article
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 21:35

En récusant le recours à une loi de circonstance pour combattre la burqa, le Parti socialiste a choisi de traiter cette question de manière rigoureuse et conséquente.

J’avais exprimé une position analogue, inquiet des initiatives prises par le groupe UMP qui avant même la fin des travaux de la commission d’enquête sur le port du voile intégral avait décidé son interdiction.

Inutile d’épiloguer sur la nécessaire condamnation de cette pratique qui doit être combattue, même si elle est marginale et localisée. Député du 18e arrondissement de Paris et d’une partie de la Goutte d’Or qui concentre deux mosquées (rue Polonceau et rue Myrha), je n’ai pas le souvenir d’avoir croisé une femme portant le voile intégrale et je n’ai jamais été saisi de cette question (alors que j’ai été interpellé à plusieurs reprises sur le fait que les fidèles soient contraints de prier dans la rue). J’avais, donc, été le premier surpris de voir se constituer une commission d’enquête sur ce phénomène qui ne me paraissait pas quantitativement significatif. Mais attendons les conclusions de cette commission qui apportera, je l’espère, des éléments d’appréciation plus précis.

En fait, il existe un consensus et même une unanimité pour condamner le port de la burqa. Je n’ai entendu aucun responsable politique la défendre, à droite comme à gauche, au centre comme aux extrêmes. Cela devrait plutôt rassurer celles et ceux qui considèrent que la République est défiée ou menacée par ce phénomène !

Mais il faut être vigilant. Et la question est bien de savoir comment éradiquer cette pratique et pour le législateur ; faut-il ou non une loi ?

Certains diront (et l’ont déjà dit) avec la force de l’évidence ; « puisque nous condamnons la burqa, il faut l’interdire ».

En fait, les choses ne sont pas si simples.

Il faut, en effet, que la loi soit justifiée par des principes autres qu’une simple réprobation morale. Tous les juristes, à l’exception d’un, certes éminent, Guy Carcassonne, qui ont été entendus par la commission d’enquête ont exprimé de sérieux doutes sur la possibilité de donner un fondement principiel incontestable à une telle loi.

La laïcité n’est à l’évidence pas en cause puisque le port du voile intégral n’est pas une prescription de l’islam. Il n’y a donc pas de problème de compatibilité entre la religion musulmane et la République.

De même, la justification qui avait été avancée pour interdire le port du voile à l’école ne peut être retenue. Il s’agissait en effet, à l’époque, d’interdire le prosélytisme qui pouvait s’exprimer à travers le port d’insignes religieux pour influencer un public encore jeune et fragile. Nous ne sommes manifestement pas dans cette situation avec le port de la burqa.

L’atteinte à la dignité paraît, à première vue, plus fondée et a souvent été avancée au cours des auditions de la commission d’enquête. Le port de la burqa serait une mise en cause de la dignité de la femme et une violence à son égard. Constatons qu’il existe des phénomènes qui sont moralement choquants ou qui apparemment mettent en cause la dignité de la femme et qui ne sont pas interdits. Je pense à la prostitution par exemple qui en tant que telle n’est pas interdite par la loi parce que l’on considère que chacun doit pouvoir disposer de son corps. Dans la réalité, nous savons bien que c’est rarement le cas et pourtant la prostitution n’est pas interdite.

Il est donc difficile d’interdire le voile intégral dès lors que les femmes qui le portent sont consentantes. L’atteinte à la dignité suppose que s’exerce une contrainte sur la personne ce qui n’est pas toujours le cas pour les femmes portant la burqa. Il paraît donc très incertain de bâtir une loi d’interdiction sur cette motivation.

La justification qui est apparue en définitive la plus solide est celle du trouble à l’ordre public. C’est sur ce principe que Guy Carcassonne s’est appuyé pour justifier la possibilité d’instaurer une interdiction générale et absolue du voile intégral sur le territoire français. Le fait de cacher son visage serait considéré comme une défiance à l’encontre des autres personnes, voire comme une menace en terme de sécurité. Cette approche me semble doublement critiquable. Elle stigmatise à l’excès les femmes qui portent la burqa jusqu’à les assimiler à des délinquantes en puissance. Le rapprochement entre islam et terrorisme a suffisamment fait de dégâts pour qu’il ne soit pas utile d’en rajouter ! Au demeurant si on considère que ces femmes sont manipulées, alors il faut les considérer comme des victimes et ne pas les sanctionner, elles, mais ceux qui les manipulent.

Il paraît, en outre, très difficile de faire la démonstration que le port de la burqa soit à tout moment et en tout lieu une menace pour l’ordre public. Un juriste entendu par la commission d’enquête disait justement que l’on ne peut pas demander aux citoyens d’être en état permanent de contrôle d’identité.

Pour ces raisons, il est peu probable qu’une interdiction générale et absolue de la burqa soit validée par le Conseil Constitutionnel.

C’est pourquoi les moyens de lutte contre ce phénomène sont à rechercher dans notre arsenal juridique existant et dans les politiques d’accompagnement éducatives des populations concernées.

Sur le plan juridique, notre pays est loin d’être désarmé. Des contrôles d’identité peuvent être effectués auprès des femmes portant le voile intégral pour leur rappeler qu’en France l’identité doit pouvoir être vérifiée. Les maires peuvent prendre des arrêtés d’interdiction de la burqa dans certaines parties du territoire communal s’ils considèrent que la présence de femmes portant la burqa crée un trouble à l’ordre public. Il faut seulement que ces arrêtés soient localisés et limités dans le temps. On peut d’ailleurs s’étonner que les élus qui s’opposent à cette pratique et qui sont maire ou l’ont été, comme André Gérin, n’aient pas eu recours à cette mesure comme si, comme maire, ils hésitaient à assumer les conséquences politiques de telles décisions. On peut se demander si, à l’origine de la création de la commission d’enquête sur la burqa, il n’y a pas précisément l’incapacité d’un élu à prendre ses responsabilités localement, partagé entre la réprobation d’une partie de sa population et la compréhension de l’autre. La commission d’enquête permet de sortir de ce dilemme en nationalisant la question et en s’abritant derrière une législation nationale. Mais est-ce bien la vocation du Parlement de se substituer aux élus locaux dès lors qu’ils disposent de tous les outils législatifs pour agir ?

Sur le plan du droit, d’autres dispositions peuvent être utilisées ; celles concernant les sectes comme celles concernant les violences faites aux femmes.

Bref, il semble possible d’endiguer ce phénomène en ayant recours au cadre législatif existant. Mais disons clairement que ce n’est pas par la répression que l’on éradiquera cette pratique mais par l’éducation. Ce qui me frappe chez les quelques femmes voilées intégralement qui se sont exprimées, c’est la confusion de leurs propos, la méconnaissance de l’histoire de la religion qu’elles prétendent servir, l’absence d’intériorisation des règles de notre société. Elles sont bien plus des victimes (et d’abord de leur propre ignorance) que des agents menaçant la République. C’est par l’éducation et une meilleure intégration que l’on règlera cette question.

Repost 0
Published by Christophe Caresche - dans A l'ASSEMBLEE
commenter cet article
21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 12:15
PARIS, 17 déc 2009 (AFP) - Burqa: Caresche (PS) opposé à une loi, "arme à double tranchant"

Christophe Caresche, député PS de Paris, s'est dit jeudi opposé à une loi interdisant le port du voile intégral dans les lieux publics, y voyant "une arme à double tranchant" qui pourrait "accélérer" un "phénomène encore marginal".

Tout en estimant lui aussi que "le voile intégral est une pratique condamnable qui met en cause la dignité de la femme voire l'ordre public", il déclare, dans un communiqué, qu'une loi d'interdiction, prônée par les députés UMP, "risque de faire le jeu de ceux que l'on prétend combattre".

"Légiférer sur cette question, n'est-ce pas précisément tomber dans le piège de la provocation que nous tendent les mouvements islamistes radicaux ? N'allons-nous pas donner à un phénomène encore marginal une formidable reconnaissance qui aboutira à accélérer sa diffusion?", s'interroge-t-il.

"L'interdiction du voile intégral par voie législative" pourrait aussi, selon lui, "stigmatiser une communauté qui n'aspire qu'à vivre paisiblement dans la République".

"Dans un contexte marqué par un débat nauséabond sur l'identité nationale, par une stigmatisation sécuritaire de la communauté musulmane et la persistance de discriminations à son encontre, l'interdiction du voile intégral risque d'être la loi de trop en France comme à l'étranger où cette décision ne manquera pas de susciter l'incompréhension et l'inquiétude", estime M. Caresche.

Il note par ailleurs que, "juridiquement, un doute existe sur la compatibilité d'une loi d'interdiction générale du port du voile avec la Constitution". "Il serait très aventureux de prendre le risque d'une censure du Conseil Constitutionnel".

"L'interdiction n'est pas la meilleure méthode pour s'attaquer à ce phénomène. Plutôt que sanctionner, il faut mieux intégrer. C'est la seule réponse durable au port du voile intégral", ajoute-t-il.

Repost 0
Published by Christophe Caresche - dans MEDIA - ACTUALITE
commenter cet article
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 11:48

invite-CC-Copenhag1[2]

C'est aujourd'hui que s'ouvre le sommet de l'ONU sur le climat à Copenhague. Jusqu'au 18 décembre, les chefs d'Etat et représentants de 192 pays tenteront de trouver un accord sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre pour lutter contre le réchauffement climatique.
Christophe Caresche vous invite à une 
conférence débat sur COPENHAGUE
Quels enjeux ? Quels résultats ?
avec Sandrine Mathy, présidente du Réseau action climat et Agnès Sinaï, journaliste au Monde diplomatique, documentaliste.
Mercredi 9 décembre à 21h
Studio 28, 10 rue Tholozé à Paris 18e.
Repost 0
Published by Christophe Caresche - dans DANS LE 18
commenter cet article

Bienvenue

Vous trouverez sur ce blog des infos sur mon travail parlementaire, des commentaires sur l'actualité politique et quelques détails sur mes actions menées dans le 18e.

Depuis 2008, je me consacre uniquement au travail parlementaire puisque je m’applique le principe du mandat unique.

Recherche

Contactez-moi

Pour me contacter à l'Assemblée Nationale

ccaresche@assemblee-nationale.fr ou tel. 01.40.63.93.21

Pour me rencontrer dans le 18e

caresche@club-internet.fr

Permanence parlementaire :
76 bis rue Duhesme à Paris 18e.
Tel. 01 55 79 15 15 
Réception du public sans RDV :
Lundi de 9h30 à 12h30
Mardi de 15h à 17h00

Sur RDV, vendredi matin

perm-copie-1

Agenda - ma semaine

Cette semaine l’Assemblée se prononcera par scrutin public sur le projet de loi relatif à la santé et poursuivra les débats avec l’étude du projet de loi de finance rectificative pour 2015.

Quant à la commission des affaires européennes, elle auditionnera ce mardi 1er décembre à 17h, M. Dimitris Avramopoulos, commissaire européen chargé de la Migration, des affaires intérieures et de la citoyenneté, conjointe avec la commission des Affaires étrangères et la commission des Lois puis poursuivra son travail avec l’examen de propositions de résolution européenne sur le programme européen de sécurité présentée par Mme Marietta Karamanli et M. Charles de La Verpillière et examinera différents textes soumis à l’Assemblée nationale en application de l’article 88-4 de la Constitution.

Et la commission des finances auditionnera mercredi 2 décembre à 9h30, M. Didier MIGAUD, Premier président de la Cour des comptes, sur le rapport public thématique relatif au programme d’investissement d’avenir

Vendredi prochain, je serai dans le 18e à ma permanence et j’assisterai à l’inauguration des illuminations de noël lancées à l’initiative des commerçants de la place de Tertre (à 19h).

Connaissez-vous Francis Hollande ?

Mon clip de campagne, la CreschExperience a fait le buzz. Tous les grands médias en on parlé, le Monde, Libération, le Parisien, France Info, LCI, Dixhuitinfo.com, Skyrock, la chaine Parlementaire, Europe 1 (le lab), France Soir... Il a été visionné plus de 23000 fois sur You tube. Bref, un succès. Laissez vous guider vous-aussi par la CareschExpeirence....