Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 07:57

metronewsJe souhaite partager l'interview que j'ai donnée à Métronews au sujet du projet de loi prévoyant la création de métropoles qui doit être discuté à partir d'aujourd'hui, mardi 16 juillet, à l'Assemblée.

Par Vincent Michelon

GRAND PARIS - Les députés se penchent à partir de mardi sur le texte prévoyant la création d'une Métropole de Paris regroupant les 6 millions d'habitants de la capitale et des départements limitrophes et ayant compétence en matière de logement. Le Sénat avait rejeté une première version début juin. Christophe Caresche, député PS de Paris et "monsieur logement" de la candidate aux municipales Anne Hidalgo, défend une "révolution" décriée par certains élus locaux. Un nouveau texte proposant la création de la Métropole de Paris, regroupant la capitale et les départements de petite couronne, est débattu à l'Assemblée nationale à partir de mardi.

Craignez-vous un nouveau rejet par les parlementaires après celui du mois de juin au Sénat ?
  Je n'ai aucun doute sur le fait que le texte sera adopté. Au Sénat, une partie de la droite s'était opposée à la première version parce qu'elle ne lui paraissait pas assez ambitieuse. Les écologistes devraient voter cette nouvelle version. Les communistes, quant à eux, ne veulent de rien et restent sur un statu quo.

A quoi ressemblera cette Métropole de Paris, si le texte est adopté ?
 C'est une véritable révolution. On aura finalement mis cinquante ans à recréer le département de la Seine. Le texte prévoit la création d'une Métropole de Paris de 6 millions d'habitants rassemblant Paris, les départements limitrophes et quelques communes qui en auront fait la demande avant le 1er janvier 2015. Il prévoit aussi d'achever la carte des intercommunalités dans la zone agglomérée de la grande couronne. Les derniers amendements prévoient que la Métropole de Paris soit opérationnelle à partir du 1er janvier 2016, soit un an plus tard que prévu initialement. En termes de représentativité, ces amendements devraient également remettre Paris dans le droit commun pour éviter une censure au Conseil constitutionnel.

Certains maires du Val-de-Marne, des Hauts-de-Seine et de Seine-Saint-Denis combattent cette version qui retirerait aux maires leurs prérogatives sur le logement. Qu'en est-il ?
 Ce sont précisément les communes qui formeront la Métropole de Paris. Dans le premier texte rejeté par le Sénat, seuls les présidents d'intercommunalités étaient représentés au sein de la Métropole. Désormais, les maires seront directement représentés, mais leurs compétences en matière d'urbanisme remonteront au niveau de la Métropole.

En quoi cela sera-t-il bénéfique en matière de logement ?
 Sous la pression d'habitants réticents à l'arrivée de populations nouvelles, les maires ont adopté des comportements malthusiens. Les communes, riches ou pauvres, ne construisent plus. La Métropole permettra de mettre les plus réticents en situation de coopérer. En outre, elle permettra de redistribuer des moyens nouveaux pour installer des services et des équipements sur le territoire. Les maires pourraient en contrepartie recevoir davantage de prérogatives, par exemple en matière d'attribution de logements sociaux.

Certains élus de Seine-Saint-Denis estiment que Paris veut faire main basse sur la banlieue afin d'y loger les classes moyennes qu'elle ne peut plus garder. Cette vision est-elle vraie ? 
Paris veut continuer à faire un effort très important pour créer du logement à l'intérieur de la capitale. Mais il suffit de regarder une carte pour observer l'écart de densité entre Paris et la petite couronne. Il est clair que pour construire du logement, il faut au minimum associer Paris et la petite couronne. Certains de ces élus racontent une histoire qui n'est plus vraie, qui remonte aux années où Jacques Chirac (ex-maire de Paris, NDLR) envoyait ses pauvres en petite couronne. On en est plus là. Paris a évolué. Quand on voit l'effort de la capitale pour augmenter le nombre de logements sociaux et pour l'hébergement d'urgence, tout cela ne tient plus.

 La fusion des départements (Paris, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne) est-elle au programme ?
 Ce n'est pas à l'ordre du jour mais on se dirige vers cela. On est en train de créer le squelette sur lequel va pouvoir se greffer soit une fusion des quatre départements au sein d'un nouvel organisme, soit un regroupement au sein de la Métropole de Paris, qui récupérerait dans ce cas les compétences des départements.

La question d'un "supermaire" élu au suffrage universel à la tête de la Métropole de Paris est-elle d'actualité ?
Pour le moment, il est important que les maires soient représentés dans la Métropole. Les élus municipaux siégeront dans les nouveaux "territoires" ou directement à la métropole. Il n'est pas question de multiplier les élus.

Repost 0
Published by Christophe Caresche - dans MEDIA - ACTUALITE
commenter cet article
11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 13:33

logo mondeJe souhaite partager l'interview que j'ai donnée à Le Monde.fr au sujet de la réforme des retraites le 11 juillet 2013. Bonne lecture.

Par Bastien Bonnefous et Jean-Baptiste Chastand

Christophe Caresche est député socialiste de Paris. Classé parmi les réformistes et les sociaux-démocrates du Parti socialiste, il critique vivement le texte adopté par le bureau national du parti mardi 9 juillet, qui fixe des limites à la future réforme des retraites. Un texte qu'il considère "mauvais" et  "sans ambition".

Comment jugez-vous le texte d'orientation sur les retraites adopté mardi 9 juillet par le Parti socialiste ?

 C'est un mauvais compromis entre la majorité du parti et l'aile gauche qui est sur-représentée au sein des instances. Il n'ouvre aucune perspective de modification systémique des retraites. Le système actuel est illisible pour les Français et profondément inégalitaire. J'attendais que mon parti ouvre ses perspectives, mais son projet ne propose que de s'attaquer au problème de financement immédiat des régimes de retraites. Il écarte toute mesure autre que l'augmentation des hausses de cotisations. L'effort serait donc porté exclusivement sur les actifs et sur lesentreprises, ce qui n'est pas raisonnable et qui est injuste. En faisant cela, on taxe le pouvoir d'achat des actifs et le travail. Ce n'est pas parce que le Medef le dit que c'est forcément faux.

Défendez-vous la désindexation des pensions que le PS rejette dans son texte ? Avec d'autres députés socialistes, nous allons faire des propositions dans les semaines prochaines. Dans le texte du PS, l'alignement de la fiscalité des retraités sur celle des actifs est à peine reprise. Cette piste devrait pourtant être mise en œuvre. Depuis des années, on fait reposer l'effort sur les jeunes actifs qui vont payer pour les générations du baby boom qui arrivent à la retraite et qui en plus ont une perspective de dégradation de leurs pensions. Il faut arrêter de ponctionner les actifs et aller au contraire vers l'alignement. Soyons courageux ! Augmenter les cotisations, ça se voit moins qu'augmenter les impôts, mais ce n'est ni acceptable ni courageux.

Estimez-vous que le gouvernement est engagé par les lignes rouges tracées par le PS ? Ce n'est pas ce qu'a dit la ministre des affaires sociales Marisol Touraine et ça me rassure. Ce que dit le Parti socialiste n'est pas l'alpha et l'oméga de la réforme. Il a gommé tout ce qui pouvait être ambitieux pour obtenir l'approbation de l'aile gauche et ses lignes rouges ferment énormément de portes. Mais le débat n'est pas terminé et le groupe parlementaire aura lui aussi son mot à dire à la rentrée lors de l'examen du projet de loi.

Quelles pourraient être les pistes d'une réforme ambitieuse à vos yeux ? Par exemple, il n'y a aucune raison à continuer de faire profiter les retraités d'avantages fiscaux alors que leur niveau de vie est supérieur à celui des actifs. Il faut oser poser la question intergénérationnelle dans la réforme des retraites et ne pas se contenter seulement de se tourner vers les entreprises. La compétitivité de nos entreprises continue à se dégrader. Les impacter encore un peu plus est une aberration.

Mais la crise actuelle et ses conséquences sociales permettent-elles de faire une réforme de cette ambition ? Nous avons été élus pour cinq ans. Si la réforme concerne uniquement la première année de la législature, alors on ne fera jamais rien dans ce pays. Il faut au contraire la faire dans la durée, comme la Suède qui a mis plusieurs années à aboutir à un résultat. On pourrait tout à fait avoir une réforme en deux temps. Un premier temps immédiat, en pesant le moins possible sur les cotisations, puis engager, dans un second temps, un processus de négociation pour essayer d'aboutir à une réforme systémique. C'est ce que propose la CFDT. Une réforme ambitieuse serait à l'honneur de la gauche.

Est-ce politiquement possible à moins d'un an des élections municipales ? Personne ne demande que l'on ait un résultat avant les municipales, mais simplement que l'on ouvre les discussions. Rester le nez bloqué sur les élections intermédiaires est une manière très réductrice d'aborder ces échéances. C'est ce que fait l'aile gauche du PS qui est dans une position très conservatrice et démissionnaire. La majorité du parti n'est pas suffisamment représentée ni dans le débat politique ni dans celui du parti. Elle est profondément unie autour de la ligne social-démocrate alors que son aile gauche, qui est reçue par le président de la République et par le premier ministre, fait la course à l'échalote avec Jean-Luc Mélenchon. Cette ambiguïté permanente affaiblit considérablement notre message politique. On a le réformisme honteux, alors que sur les retraites on pourrait faire la démonstration du contraire.

Repost 0
Published by Christophe Caresche - dans MEDIA - ACTUALITE
commenter cet article
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 09:05

Invité de LCP actu le mardi 9 juillet dernier, j'ai pu exposer quels doivent être à mon sens les objectifs de la future réforme des retraites annoncée par le gouvernement, à savoir une harmonisation des régimes sans que cela pèse sur le coût du travail et que les jeunes en subissent encore les conséquences. (Débat à partir de 35 minutes).

Repost 0
Published by Christophe Caresche - dans A l'ASSEMBLEE
commenter cet article
7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 14:11

Si l’on en croit le journal « Le Monde », les parlementaires socialistes seront destinataires, demain, d’une lettre de « l’aile gauche » du PS leur demandant d’ajourner la réforme des retraites. Cette initiative me semble parfaitement illustrative de ce qui, au fond, constitue l’impensé de ce courant politique ; le refus de la réforme, le refus d’affronter la réalité et, en définitive, le refus d’assumer la responsabilité du pouvoir. Car les auteurs de cette lettre n’ont rien d’autres à proposer que le report de la réforme qui « aurait un caractère profondément anxiogène pour les français ». Ne rien faire, ne rien bouger, ne surtout pas créer l’anxiété ; tel est l’unique horizon qu’un Parti ayant la charge du pouvoir proposerait à ses concitoyens ! Pour cette gauche démissionnaire, l’immobilisme et le conservatisme seraient les seules options possibles, en attendant le retour hypothétique de la croissance qui réglerait, comme par enchantement, tous les problèmes.

Cette stratégie serait à la fois suicidaire pour la France, mais aussi pour le Parti socialiste qui, confronté, à l’épreuve du pouvoir n’a pas d’autre choix que de réussir.

Nos auteurs, comme une partie du monde syndical, se trompent sur l’état d’esprit des Français, qui dans leur grande majorité ont compris la nécessité de réformer notre modèle social et singulièrement celui des retraites. Ils comprennent la nécessité de faire face à l’allongement de la durée de la vie. Ils voient les injustices, parfois criantes, qui ont prospéré au sein du système de retraite actuel. Ils attendent une réforme qui leur garantissent dans la durée un niveau de pension convenable et s’inquiètent de ces réformes à répétition qui ne règlent rien.

La majorité n’a pas le droit de manquer le rendez-vous de la réforme des retraites. S’y soustraire serait un renoncement qui lui coûterait cher !

Repost 0
Published by Christophe Caresche
commenter cet article
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 09:44

metropole2Retrouvez le lettre que j'ai signée avec plusieurs de mes collègues de l'Assemblée et du Sénat,  Anne Hidalgo, première adjointe au maire de Paris et candidate à la mairie de Paris pour 2014, Jean-Paul Huchon, Président du Conseil régional d'Ile de France et Stéphane Troussel, président du Conseil général de Seine Saint-Denis.

En outre, avec Anne Hidalgo, Jean-Marie Le Guen, Pascal Popelin et Alexis Bachelay, nous avons organisé une conférence de presse mercredi 3 juillet 2013 pour saluer en particulier la naissance de la métropole du Grand Paris dont les dispositions ont été adoptées par la commission des lois lors de l'examen du projet de loi relatif à l'affirmation des métropoles.

Monsieur le Premier Ministre,

Nous, élus franciliens, pensons que l’examen du projet de loi sur les métropoles à l’Assemblée nationale doit être l’occasion de construire une métropole solidaire, démocratique et écologique. Lors de l’examen de ce texte au Sénat, les dispositions instituant la métropole de Paris ont été supprimées. On ne peut se résoudre à voir disparaître la perspective de création de cette métropole dont l’agglomération parisienne a tant besoin.

Le statu quo n’est plus possible tant l’urgence des problèmes quotidiens auxquels  les Franciliens sont confrontés est criante. Or par sa complexité et son morcellement, l’organisation territoriale actuelle de la région Ile-de-France ne permet plus de résoudre la crise aiguë du logement, d’organiser  la transition écologique, de garantir la cohésion sociale et assurer une solidarité financière sur son territoire.

Nous considérons en outre que la création de la métropole du Grand Paris concerne tous les Français et pas seulement les Franciliens compte tenu du rayonnement mondial de la Région Capitale.

C’est pourquoi nous appelons à un sursaut métropolitain. Nous devons chacun dépasser nos intérêts particuliers, locaux ou politiques, pour promouvoir une métropole ambitieuse, efficace, démocratique et solidaire

Nous voulons proposer un scénario qui, loin d’une révolution, est une évolution, loin d’être une utopie, devient une évidence. Lire la suite.

Repost 0
Published by Christophe Caresche - dans A l'ASSEMBLEE
commenter cet article
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 09:06

Retrouvez mon intervention sur le projet de loi sur la Transparence de la vie publique qui a été débattue en deuxième lecture cette semaine dans l'hémicycle (du 18 juin au 25 juin 2013). J'y rappele ma satisfaction de voir se concrétiser une idée si longtemps mise sur la table, mais toujours abandonnée en cours de discussion. 

Repost 0
Published by Christophe Caresche - dans A l'ASSEMBLEE
commenter cet article
16 juin 2013 7 16 /06 /juin /2013 14:41

Mardi 18 juin 2013, l'Assemblée nationale recevait Olli Rehn, commissaire européen, chargé des affaires économiques et monétaires et de l'euro. Après son audition j'ai présenté aux députés une proposition de résolution sur les recommandations de la Commission européenne concernant la France. La voici 

 
Repost 0
Published by Christophe Caresche - dans A l'ASSEMBLEE
commenter cet article
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 13:20

Interrogé par Patrick Chêne sur les sujets d'actualité, j'ai notamment pu exprimer mon point de vue sur le projet de réforme des retraites à venir.

(à partir de 15mn)

Repost 0
Published by Christophe Caresche - dans MEDIA - ACTUALITE
commenter cet article
2 juin 2013 7 02 /06 /juin /2013 13:29

3055904972_166cf41d27.jpgLa publication des recommandations de la Commission européenne dans le cadre du semestre européen a suscité, du coté français, une forme d'agacement voire de réprobation. Ces réactions sont inquiétantes car elles jettent un doute sur la volonté réelle de la France de procéder aux réformes indispensables à son redressement. On peut certes y voir de l'habilité, la France voulant réaffirmer sa souveraineté et sa capacité d'action aux yeux de son opinion. Mais, outre le fait qu'il est contradictoire de demander une plus grande coordination économique et d'en refuser les conséquences, on peut s'interroger sur la manière dont la France va mettre à profit les deux années de répit obtenues pour remplir ses engagements budgétaires. Soit notre pays se contentera de coller quelques rustines sur des systèmes qui prennent eau de toute part, soit il engagera de véritables réformes qui le mettront sur la voie d'une sortie de crise.

La Commission européenne ne dit pas autre chose et plutôt que de contester son propos, il serait plus utile d'expliquer aux Français les enjeux de la période. Cette approche est d'autant plus pertinente que c'est, bien souvent, par des réformes ambitieuses qu'il est possible de retrouver des marges de manœuvre. C'est vrai pour les retraites, le marché du travail, la réforme de l'Etat ou même la réforme fiscale. Se satisfaire de quelques ajustements en espérant éviter la mobilisation sociale et politique n'est pas un bon calcul. Ce qui nous menace, c'est l'immobilisme qui nous condamne à des réveils douloureux. 

Repost 0
Published by Christophe Caresche - dans A l'ASSEMBLEE
commenter cet article
22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 09:15
J'étais l'invité du plateau de l'emission LCP Actu pour débattre de la commission d'enquête parlementaire concernant l'affaire Cahuzac qui a commencé mardi 21 mai à l'Assemblée avec les auditions des journalistes de Mediapart ayant révélé l'affaire. Débat avec Sébastien Huyghe, député UMP du Nord (à partir de 36 minutes).
Repost 0
Published by Christophe Caresche - dans MEDIA - ACTUALITE
commenter cet article

Bienvenue

Vous trouverez sur ce blog des infos sur mon travail parlementaire, des commentaires sur l'actualité politique et quelques détails sur mes actions menées dans le 18e.

Depuis 2008, je me consacre uniquement au travail parlementaire puisque je m’applique le principe du mandat unique.

Recherche

Contactez-moi

Pour me contacter à l'Assemblée Nationale

ccaresche@assemblee-nationale.fr ou tel. 01.40.63.93.21

Pour me rencontrer dans le 18e

caresche@club-internet.fr

Permanence parlementaire :
76 bis rue Duhesme à Paris 18e.
Tel. 01 55 79 15 15 
Réception du public sans RDV :
Lundi de 9h30 à 12h30
Mardi de 15h à 17h00

Sur RDV, vendredi matin

perm-copie-1

Agenda - ma semaine

Cette semaine l’Assemblée se prononcera par scrutin public sur le projet de loi relatif à la santé et poursuivra les débats avec l’étude du projet de loi de finance rectificative pour 2015.

Quant à la commission des affaires européennes, elle auditionnera ce mardi 1er décembre à 17h, M. Dimitris Avramopoulos, commissaire européen chargé de la Migration, des affaires intérieures et de la citoyenneté, conjointe avec la commission des Affaires étrangères et la commission des Lois puis poursuivra son travail avec l’examen de propositions de résolution européenne sur le programme européen de sécurité présentée par Mme Marietta Karamanli et M. Charles de La Verpillière et examinera différents textes soumis à l’Assemblée nationale en application de l’article 88-4 de la Constitution.

Et la commission des finances auditionnera mercredi 2 décembre à 9h30, M. Didier MIGAUD, Premier président de la Cour des comptes, sur le rapport public thématique relatif au programme d’investissement d’avenir

Vendredi prochain, je serai dans le 18e à ma permanence et j’assisterai à l’inauguration des illuminations de noël lancées à l’initiative des commerçants de la place de Tertre (à 19h).

Connaissez-vous Francis Hollande ?

Mon clip de campagne, la CreschExperience a fait le buzz. Tous les grands médias en on parlé, le Monde, Libération, le Parisien, France Info, LCI, Dixhuitinfo.com, Skyrock, la chaine Parlementaire, Europe 1 (le lab), France Soir... Il a été visionné plus de 23000 fois sur You tube. Bref, un succès. Laissez vous guider vous-aussi par la CareschExpeirence....