Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2014 5 09 /05 /mai /2014 09:43

Les Echos I 09/05/14 I Points de vue de Christophe Caresche 

 

Un large accord se dessine, en France, pour considérer que la situation économique actuelle en Europe nécessite une politique monétaire plus expansionniste. Le Premier ministre a annoncé que le président de la République soutiendrait cette cause auprès de nos partenaires européens. Souvent suspectée de poursuivre son intérêt propre, la France doit rechercher l'adhésion des pays de la zone euro et démontrer qu'une politique monétaire plus offensive serait bénéfique à tous.

Il faut le reconnaître, la BCE a joué un rôle positif durant la crise. Elle a su prendre des initiatives et utiliser toute l'étendue des possibilités que lui donne son mandat pour juguler une crise qui menaçait l'existence même de la zone euro. D'ailleurs, la BCE ne s'est pas alignée sur les positions des pays les plus orthodoxes en matière monétaire, prenant même des décisions contre l'avis des représentants de ces pays. Son indépendance a été un gage d'efficacité lui permettant de réagir vite. On n'ose imaginer la situation si les décisions prises avaient nécessité l'accord des Etats !

L'assouplissement monétaire ne saurait être considéré, ensuite, comme un substitut aux efforts nécessaires pour améliorer la compétitivité, en France notamment ! En maintenant le cap sur les 3 % de déficit public et en adoptant le pacte de responsabilité, la France s'est mise en situation d'être comprise par ses partenaires. Une politique monétaire plus accommodante peut accompagner le retour à la croissance, mais ne dispense pas des mesures de redressement.

Il convient, également, de justifier la nécessaire évolution de la politique monétaire. Le taux de change de l'euro est souvent invoqué, y compris au sein du gouvernement. L'euro trop cher pénaliserait la compétitivité des entreprises. Parallèlement, il est précisé que la fixation du taux de change est une compétence partagée entre la BCE et les Etats, qui pourraient donc s'en saisir. Mais dans les faits, la France est isolée par rapport à cette question. Les grands pays exportateurs ne la comprennent pas. Quant aux pays ayant restauré leur compétitivité, ils n'en ressentent pas l'urgence. Convaincre nos partenaires, et en premier lieu l'Allemagne, de faire évoluer la politique monétaire à partir de ce constat paraît voué à l'échec.

En revanche, nos partenaires et la BCE ne peuvent être que sensibles à nos inquiétudes concernant le risque de déflation qui menace la zone euro. Ce risque est réel dans nombre de pays qui ont procédé à une consolidation budgétaire au détriment de leur demande intérieure. Quant à la BCE, elle est directement interpellée par cette situation puisque le respect d'un certain niveau d'inflation est au coeur de son mandat ! C'est ce message que la France doit marteler auprès de ses partenaires en soulignant les conséquences très graves auxquelles pourrait conduire une spirale déflationniste. Pour conjurer cette perspective, il serait souhaitable que la BCE s'engage à mener et à maintenir une politique monétaire accommodante, tant que l'inflation constatée dans la zone n'a pas atteint un seuil minimal. Elle fixerait ainsi une trajectoire de retour à un objectif de 2 %.

Enfin, la France doit mener le débat sur les causes structurelles qui expliquent le niveau de l'euro. C'est l'existence d'une demande insuffisante en Europe, liée à des excédents commerciaux considérables localisés dans quelques pays, qui conduit à une surévaluation de l'euro. Ces pays doivent participer au soutien de la demande en Europe en soutenant le pouvoir d'achat et l'investissement chez eux. Il faut aussi relancer l'investissement au niveau européen à travers de grands programmes communs et l'activation d'un certain nombre d'instruments comme la Banque européenne d'investissement. Après les élections européennes, la France devra prendre des initiatives dans ces directions avec, espérons-le, une Commission européenne plus compréhensive et plus dynamique.

Partager cet article

Repost 0
Published by Christophe Caresche
commenter cet article

commentaires

Online File Manager App 19/02/2015 12:42

Online file manager for your secure data management. No more email attachments. Save the files in Archive Box and share them right away with the world. Free Sign up

Gazco Studio 2 14/02/2015 13:10

I am so pleased I found this blog, I really got you by an accident, while I was searching for something else. The story and blog you have published is very interesting as well as informatics, Thanks for sharing such type of informatics thing.

Bienvenue

Vous trouverez sur ce blog des infos sur mon travail parlementaire, des commentaires sur l'actualité politique et quelques détails sur mes actions menées dans le 18e.

Depuis 2008, je me consacre uniquement au travail parlementaire puisque je m’applique le principe du mandat unique.

Recherche

Contactez-moi

Pour me contacter à l'Assemblée Nationale

ccaresche@assemblee-nationale.fr ou tel. 01.40.63.93.21

Pour me rencontrer dans le 18e

caresche@club-internet.fr

Permanence parlementaire :
76 bis rue Duhesme à Paris 18e.
Tel. 01 55 79 15 15 
Réception du public sans RDV :
Lundi de 9h30 à 12h30
Mardi de 15h à 17h00

Sur RDV, vendredi matin

perm-copie-1

Agenda - ma semaine

Cette semaine l’Assemblée se prononcera par scrutin public sur le projet de loi relatif à la santé et poursuivra les débats avec l’étude du projet de loi de finance rectificative pour 2015.

Quant à la commission des affaires européennes, elle auditionnera ce mardi 1er décembre à 17h, M. Dimitris Avramopoulos, commissaire européen chargé de la Migration, des affaires intérieures et de la citoyenneté, conjointe avec la commission des Affaires étrangères et la commission des Lois puis poursuivra son travail avec l’examen de propositions de résolution européenne sur le programme européen de sécurité présentée par Mme Marietta Karamanli et M. Charles de La Verpillière et examinera différents textes soumis à l’Assemblée nationale en application de l’article 88-4 de la Constitution.

Et la commission des finances auditionnera mercredi 2 décembre à 9h30, M. Didier MIGAUD, Premier président de la Cour des comptes, sur le rapport public thématique relatif au programme d’investissement d’avenir

Vendredi prochain, je serai dans le 18e à ma permanence et j’assisterai à l’inauguration des illuminations de noël lancées à l’initiative des commerçants de la place de Tertre (à 19h).

Connaissez-vous Francis Hollande ?

Mon clip de campagne, la CreschExperience a fait le buzz. Tous les grands médias en on parlé, le Monde, Libération, le Parisien, France Info, LCI, Dixhuitinfo.com, Skyrock, la chaine Parlementaire, Europe 1 (le lab), France Soir... Il a été visionné plus de 23000 fois sur You tube. Bref, un succès. Laissez vous guider vous-aussi par la CareschExpeirence....